Laurence P.

Voici les photos tant attendues suite à l’article d’hier « photographe professionnel(le) ou pas…interview » je vous avez dévoilé une seule photo pour vous tenir en haleine un peu…

En deux mots : « La Classe »

Allez je vous présente sans plus attendre le travail de Laurence Papoutchian en images:

Clique pour faire défiler le diaporama.

Laurence P. le site.:http://www.selenium-photo.com/

Publicités

photographe professionnel(le) ou pas… Interview.

Voici aux travers de mes questions une présentation de la photographe Laurence P. C’est avec beaucoup d’intérêt que Laurence a pris de son temps pour me répondre, j’en suis ravie, enfin la réponse à beaucoup de mes questions sur ce joli métier (et certainement aux vôtres). Aujourd’hui nous croyons tous pouvoir toucher plus ou moins à ce métier, nos appareils photos sont de plus en plus petits et sophistiqués les I Phone et l’application Instagram nous laisse penser que nous en sommes tous capables, nous sommes tous « des génies de la photo » sois disant…. Mais entre photographier son quotidien et un mariage rien n’est si simple. C’est pour cela qu’il existe cette profession : »photographe professionnel »/c’est dit/. J’ai souhaité aller un peu plus loin sur la profession de Laurence, son art aussi, comment elle travaille, sa sensibilité, son identité et bien sur savoir ce qu’elle pense de la déferlante de photographes « lifestyle »…Tout comme son temps le photographe évolue et Laurence nous le raconte très bien.

Futurs mariés, cette entrevue est faite pour vous: Qu’est-ce qu’un photographe professionnel? Comment savoir à qui l’on s’adresse? Comment se déroule une séance couple?

L’article qui suivra prochainement présentera  le travail de Laurence: oui je sais après cette photo vous allez trouver le temps long!

N’hésitez pas à réagir et à laisser vos commentaires.

« Mon parcours professionnel se résume à cette belle aventure qui a commencée avec la création du studio SELENIUM 1996. J’avais fait un cours passage chez un autre photographe qui imposait une façon de travailler qui ne me convenait pas et je sentais qu’il y avait autre chose à faire dans le domaine de la photographie de mariage, un autre regard à apporter. Devenant indépendante, j’ai alors proposé à mes clients une image moins conventionnelle, travaillant dans des lieux plus urbains, exploitant les lumières naturelles avec un positionnement fort sur le noir et blanc( argentique à ce moment là ! ). J’avais déjà  une approche très reportage.

Ma zone géographique est très étendue ayant travaillé dans toute la France.

La séance de couple est pour moi très importante. Je demande au couple 1h30 en moyenne, proposant des lieux atypiques. Je donne, dans le cadre de cette séance beaucoup de directions et de consignes  souhaitant pour chacune de mes images apporter le meilleur point de vue, varier le plus possible  les cadrages  et surtout trouver les lumières les plus subtiles. D’autre part Je cherche avec chaque couple à exploiter autant leur photogénie que le lien intime qui les unit. Lorsque au moment de la livraison, je vois les couples surpris et émerveillés par leur propre image, je comprend alors tout ce qui fait la richesse de mon métier de photographe

Pour définir mon travail, je dirai que du départ, j’ai travaillé dans un style très reportage, cherchant sans cesse de nouveaux points de vue, cadrages et lumières. En même temps, je ne shoote jamais à tout pris. Je ne comprends pas les photographes qui promettent des reportages de 1000 photos. Chaque image doit avoir sa raison d’être dans une précision de lumière et de composition.

Pour l’anecdote, je dirai que ce qui fait aussi la richesse de mon métier c’est d’intégrer tout type de milieux sociaux où chaque famille porte sa propre histoire. J’ai souvent été amené à réalisé des reportages de mariages très haut de gamme, pour une clientèle d’Américain fortunés. Ainsi sur l’un de ces mariages, je me suis retrouvé à commencé la séance photo et découvrant au travers de mon viseur que le marié était en pantoufle. Elles étaient classe certes mais quand même ! Je n’ai rien osé dire, lui est resté ainsi toute la journée, semblant parfaitement l’assumer

Ah! cette tendance de la photographie de reportage. En 1996, le domaine de la photographie de mariage était triste à mourir. Depuis une dizaine d’année, je vois émerger beaucoup de nouveaux photographes, plus ou moins talentueux. Ce qui me gêne aujourd’hui c’est cette uniformisation consistant à désaturer un peu la couleur, à mettre le halo de lumière qui fait bien etc…Il y a dix ans nous moquions le travail de David Hamilton et là, nous sommes en plein dedans. J’avoue ne pas comprendre. Je ne suis pas contre les effets mais ceux-ci ne doivent pas remplacer le travail de la lumière et de la composition. Et puis ces termes de photojournaliste de mariage ou encore photographe lifestyle me gêne aussi. J’ai toujours précisé à mes clients que je ne me désignais pas comme photographe de mariage mais comme photographe. Tout comme j’aurai du mal aujourd’hui à me designer comme photographe lifestyle. Travailler l’instantanée, chercher à mettre en image les moments de vie, les émotions, c’est faire de la photographie, c’est être photographe. C’est être Juste bon photographe. C’est pour moi le meilleur titre, en tout cas le plus honorable.

Pour savoir que l’on a à faire à un pro, je dirai que le premier indice est le prix que celui-ci pratique. Les photographes bon marché indiquent forcement un manque d’expérience car on ne peut pratiquer ce métier en bradant sa prestation, en tout cas pas longtemps. Une étude récente donnait le tarif horaire de 10 € pour une prestation à 1500 €, en tenant compte des heures passées, du coût du matériel (de plus en plus cher!). Il ne faut pas oublier qu’un reportage mariage représente deux à trois jours de travail en plus de la journée de prise de vue. Il faut en effet compter le travail de post traitement ainsi que le travail de mise en page pour une réalisation de livre. Ensuite à chacun de juger de la qualité de tel ou tel photographe. Personnellement, je déteste les effets trop marqués et systématiques. Une fois de plus l’image doit exister en tant que telle et surtout être capable de véhiculer essentiellement de l’émotion. »

Lien vers le site internet

Un grand merci à Laurence.

Collection Rosa Clara 2013 la classe hibérique

Petit détour chez la marque espagnole Rosa Clara, ça donne quoi ?

Des robes d’une blancheur absolue, une collection minimaliste, aux coupes épurées avec un soupçon de dentelle & un zeste de volupté …

/La classe à l’état pur/

Clique pour faire défiler le diaporama

Notre mariée de l’hiver-part 5: un peu d’exotisme nippon

La devise de MSW c’est faites de votre joli jour « le vôtre »(un peu bateau comme devise mais…), cad celui qui vous ressemble! la déco /tout doit refléter votre personnalité/ votre sensibilité… bon comme ça ça à l’air de couler de source mais non! Je vous assure, comme nous craquons devant une crêpe au chocolat- nous avons tendance généralement à vouloir faire de notre mariage un mariage « papier glacé »…à se faire mal aux cheveux pendant des heures devant les images « cruellement » belles de Style Me Pretty… )

Ou alors, comme ma chère chroniqueuse de choc Lætitia, on peut allier sa passion-son style- sa personnalité a une jolie décoration…et tout ça avec un petit budget, oui c’est possible! Comment?  grâce à vos petites mains et à votre imagination qui surpasse tous les sites américains de mariage!

Du vrai j’vous dit ! MSW sait rêver en gardant les pieds sur terre, c’est pour ça que j’ai choisi de suivre Lætitia: un budget serré, du fait main & des étoiles plein les yeux ***c’est ça qu’on aime!

Bon je laisse ma place à Lætitia…

Aujourd’hui, je vais vous parler un peu de notre déco.

Comme je le disais dans mon précédent billet, je suis créative et manuelle. Plutôt bien quand on a un petit budget comme le nôtre. Me voilà donc à fond dans le Diy 🙂

Et Julien me donne son avis (si si, c’est important pour moi et il le fait de bon coeur. Il s’investit vraiment, j’adore !

Notre mariage sera d’inspiration japonaise (une petite touche dans ma tenue, je te montrerai quand je l’aurai reçue. On aurait aimé manger japonais car on est fan, mais le but, c’est quand même que le menu plaise à la majorité. Donc ce sera surtout sur la déco.

Pourquoi le Japon ? Parce que Julien aime les mangas, les animés, la culture et cuisine japonaise (moi aussi 😉 ). Moi j’aime les kokeshis, les fleurs de cerisier, les légendes japonaises et les Ghibli (Le château dans le ciel, Le voyage de Chihiro, etc.)

Pour remplacer le livre d’or, nous aurons un arbre à souhaits. C’est une tradition japonaise respectée lors de la fête de Tanabata le 7 juillet (ok, nous on sera en décembre 😀 mais c’est pas grave). Les invités écrivent un mot ou un voeu sur une petite carte et l’accrochent dans l’arbre. Sur nos petites cartes, j’ai fait un tampon japonais. L’arbre sera représenté par des branches de cerisier qui s’allument (élément de notre déco du salon, achetées il y a quelques années chez Nature et Découvertes). Après le mariage, nous garderons les cartes dans la boîte que j’ai customisée et nous les relirons de temps en temps.

Nous aurons aussi un arbre à empreintes. J’avais craqué sur un modèle de branche de cerisier trouvé sur le net (http://www.lesmotssontdescadeaux.com/arbre-a-voeux/estampe-cerisier-a-empreintes-cadeau-bapteme-naissance-original.html).

Je l’ai redessiné et mon frère a imprimé nos prénoms et date. Une fois que les invités auront fait leur empreinte avec une encre rose, notre branche sera fleurie et nous l’encadrerons.

Pour finir, je vous montre notre tirelire. Je l’ai achetée à une mariée sur un forum, une belle rencontre. Elle a assemblé trois paniers vapeur en bambou et en a ôté le fond. Je l’ai décorée et voilà le résultat !

Qu’en pensez-vous ?

Zoom sur un bouquet trés particulier…

Aujourd’hui et dans le prochains jours j’ai choisi de vous faire partager détails précieux à mes yeux… ceux qui ont fait mon joli jour avec en prime quelques petits astuces et autres modestes conseils de « juste mariée ». En finesse et sans exubérance je vais vous dévoiler quelques aspects décoratifs qui ont fait mon joli -jour.

Aujourd’hui c’est sur le choix de mon bouquet et de mes fleurs j’en suis (je l’avoue), très fière- car les fleurs doivent pas être un détail dans un mariage bien au contraire, elles sont la « clef de voute » de votre décoration, et le petit ++++ qui rendra votre robe encore plus belle, croyez moi!

Comment fait-on pour les choisir?

A savoir…

– Les couleurs doivent mettre en lumière la robe, mais aussi « se fondre » avec,  tout ceci est un ensemble, n’oubliez pas

-Toutes les fleurs ne vont pas avec toutes les robes….si robe volumineuse oubliez le bouquet XXL & rond….

– Les bouquets ronds à l’américaine ne correspondent pas à toutes les robes et toutes les morphologies- si vous êtes de taille moyenne à éviter, misez sur un bouquet dit « léger » et vaporeux, si vous êtes rondes une fois de + je ne le conseille pas.

– Pour les couleurs, c’est très simple elles doivent bien sur être en accord avec le thème et votre tempérament…un bouquet chic sera plutôt tout blanc, ou tout rose ou tout rouge…voir de deux couleurs pas plus…je pense aux pivoines qui ont le vent en poupe!  ***Attention la pivoine est une fleur du printemps- mariées de l’été zappez! (snif)

-Pour un mariage haut en couleur on hésite pas à mélanger les couleurs,et  les fleurs dans un bouquet rond et volumineux…(pensez aux Dahlias)

-Pour un mariage champêtre quelques fleurs des champs, des marguerites et le tour est joué !

Mon conseil:  Elles devront correspondre à l’ambiance du mariage…au thème mais surtout les fleurs c’est vous, votre personnalité… fleur bleue…exubérante….à chaque fleur sa signification, n’hésitez pas à vous documenter là dessus.

Pour ma part, je ne voulais pas d’un bouquet rond, mais quelque chose de léger, de la lavande qui évoque l’été, des lisianthus à peine éclos pour leur délicatesse,et des roses de couleur ivoires. En bref cela donne un mélange discret qui se fond parfaitement avec ma robe et celles de mes demoiselles. Un clin d’œil à mon bouquet, dans l’église comme sur les tables jusque dans mes cheveux…(une petite rose et une lavande étaient glissées dans mon chignon) La lavande est une fleur qui se suffit généralement à elle même difficile à accorder, mais là le mariage était parfait!

Le bouquet d’inspiration, celui qui a déterminé mon choix et ma palette de couleurs

Quelle tendance en 2013 pour les damoiselles?

On en parle et on en reparle partout « les tendances 2013 pour les futures mariées »! Mais pleasssssssssssse n’oublions pas non plus les invitées, je ne sais pas vous mais j’adore aller à un mariage et choisir ma robe est un vrai plaisir, un mariage une robe je n’arrive pas à porter deux fois la même (bon, sauf si deux mariages à la suite j’avoue, on est pas toute Victoria Beckham non plus!)

Oui car si comme moi vous êtes déjà mariée…et que c’est au tour des coupines… des cousines…et comme moi vous vous mordez les doigts devant toutes ces nouveautés, il nous reste au moins ce plaisir là :0)

 BHLDN  a lancé sa collection de robes de réception « Rose in the Garden » 2013 un peu- beaucoup « chéros »( 700 dollars la robe je sais c’est cruel je l’avoue…) enfin ça fait pas de mal aux yeux!…

Inspirations à suivre, « class’attitude » assurée!

Cliquez sur l’image pour faire défiler le diaporama….

Un mariage en Hiver – part 4 : les Faire-Part

Est venu le temps des faire-parts !
Car oui, même si c’est un petit mariage simple avec peu d’invités, on y tenait et ça nous donne l’avantage de pouvoir les remettre en main propre (et d’avoir la réaction en live).
Je dis « même si c’est un petit mariage simple » parce qu’une amie (très proche puisqu’invitée à notre mariage « petit comité ») m’a dit « oh t’embêtes pas à m’envoyer un faire-part ! Fais moi un mail avec les infos »… Comment vous dire ??? Je me suis demandée si c’était ma susceptibilité naturelle ou l’effet bride-to-be, mais je l’ai mal pris. Parce que oui, c’est un petit mariage dans la simplicité, mais simple ne veut pas dire « à l’arrache » !!! Enfin bon. Julien et des amis facebook m’ont aidée à relativiser. On va dire que ça partait d’une bonne intention (un faire-part, ça prend du temps (oh que oui !!!) et ça coûte de l’argent).
On y tenait donc. Et on tenait surtout à le faire nous-mêmes. Je suis créative et manuelle (j’adore ça !) et mon informaticien chéri pouvait s’occuper de la partie création sur l’ordi. On le voulait personnalisé.
Me voilà partie dans des recherches sur le net pour avoir des idées sur notre thème (le Japon). Après beaucoup de réflexion et des heures devant l’écran, on a juste trouvé l’idée du format, le reste est venu de notre imagination. Après avoir fait beaucoup de tests et avec l’aide d’un de mes frères, la maquette fût prête ! Ouf !!!
Oui parce que gros stress et énervement : le logiciel ne gère pas la police choisie (chow fun) et ça sortait de l’imprimante tout pixelisé… Bouhhh…
Problème réglé !
Ce faire-part a été aussi un grand moment de complicité entre nous.
J’ai adoré que Julien s’investisse en me donnant son avis (je ne pensais pas qu’il s’investirait autant et j’ai été très agréablement surprise ❤ ). J’avais l’idée de coller des fleurs de cerisier en origami sur l’enveloppe. Il a complété en me conseillant de dessiner une branche et de trouver de quoi fixer les fleurs de manière sympa (j’ai trouvé des mini attaches parisiennes en forme de coeur).
Sur l’invitation, il y a nos prénoms en japonais et nous deux dessinés façon chibi. Des souvenirs de la Japan expo 2010 (notre première « virée » en amoureux). Petit délire sur l’arrière : le corbeau qu’on retrouve dans certains animés. Cela correspond à notre thème et nous ressemble bien ! Julien a quasi géré toute la mise en page. On est fier. Mais je suis soulagée qu’il n’y en ait pas eu beaucoup à faire car le découpage / pliage / collage a été plus long que prévu…

Une enveloppe customisée. Un faire-part en forme de pochette avec l’invitation glissée dedans. Un ruban pour la tirer. Le voilà !
Les invités adorent. Nous sommes RAVIS ! Encore plus quand j’entends une amie dire « ils font de jolis choses maintenant », pensant qu’on l’avait acheté… yes !

Cliquez sur une photo pour ouvrir le diaporama: